Rencontrez des personnes séropositives tranquille

Laviolette, vice-président de l'association de Beauharnois. Je ne sais pas. Mais, chose certaine, ça fait le jeu des fédéralistes. Un appel qui n'a pas été appuyé par des députés. L'ex-chef du Bloc québécois risque fort d'être convoqué devant un comité fédéral pour s'expliquer sur la rémunération du directeur général du parti, Gilbert Gardner, à même les fonds consacrés au fonctionnement de son cabinet politique. Gardner, a déjà prévenu un membre du comité de régie interne des Communes.

Trois questions à

Réédifier le Manège militaire: entre 16 alors La facture pourrait atteindre millions avec dollars si l'immeuble est reconstruit semblable qu'il était avant d'être détruit avec les flammes, comme le réclament les élus de Québec, selon les premières estimations du ministère de la Protection. Pis encore, les travaux de relèvement pourraient ne commencer qu'en et demeurer quatre ans, révèlent des documents du ministère de la Défense obtenus avec La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. Résultat: il pourrait s'écouler 10 ans auparavant que les Voltigeurs, l'unité militaire lequel occupait le Manège militaire, y retournent, selon la décision que prendront les autorités canadiennes au sujet de la reconstruction de cet immeuble. Les coûts de reconstruction du Manège militaire avec Québec n'ont pas encore été dévoilés jusqu'ici par le gouvernement fédéral.

Livres et dvd

Clinton rencontre Karzaï à Kaboul Photo: AFP Avant de quitter Islamabad, Hillary Clinton a invité le gouvernement afghan à avancer dans son programme de raccommodement visant à rallier les rebelles talibans prêts à renoncer à la ardeur. La visite de Mme Clinton alors la tenue d'une conférence internationale des pays donateurs à Kaboul interviennent donc que le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a estimé combien la communauté internationale avait sous-estimé la difficulté de la mission à emplir en Afghanistan. La secrétaire d'État aurore arrivée dans la soirée dans la capitale afghane, où elle a rencontré brièvement le général américain David Petraeus, nouveau patron des forces internationales par Afghanistan, avant de dîner avec le président afghan Hamid Karzaï. Au commencement de leur rencontre, elle l'a approuver de l'accord de transit commercial signé la veille entre l'Afghanistan et le Pakistan à Islamabad. Karzaï a montrer en retour le rôle déterminant des États-Unis pour conclure des années avec négociation dans ce dossier. La conversation, à laquelle participent 60 pays, doit marquer une nouvelle étape dans le lent processus d'émancipation du gouvernement afghan, censé à l'avenir pouvoir diriger le pays et se défendre seul, ensuite le départ des troupes américaines alors de l'OTAN qui y sont déployées depuis la fin Selon des diplomates occidentaux, le président Karzaï doit y présenter un calendrier de montée par puissance de l'armée et de la police pour permettre en principe unique retrait des troupes étrangères d'ici la finalors que cette intervention est avec plus en plus impopulaire en Couchant. Avant de quitter Islamabad, Hillary Clinton a invité le gouvernement afghan à avancer dans son programme de raccommodement visant à rallier les rebelles talibans prêts à renoncer à la ardeur.